ATO - horloges



Horloges électriques 


Historique

 

 

 

Accueil
ATO

Horloges
électriques

> Principe
> Historique

Galerie
Liens
A propos de moi...

Contact

  

 

 

Quiconque s'intéresse aux horloges électriques va un jour se poser la question: quand tout cela a-t-il commencé?

Qui a inventé la première horloge électrique? Quand la première horloge électrique a-t-elle été fabriquée? 

Ce n'est pas facile de donner une réponse, car même les historiens ne sont pas au clair.

Une trace nous mène à Vérone, où l'abbé G. Zamboni a créé les "colonnes de Zamboni" en 1812, lesquelles permettaient à un balancier placé entre elles d'osciller.

Cette invention a été perfectionnée par le Prof. Ramis de Munich, qui présenta le 18 mars 1815 une horloge électro-statique faisant fonctionner un cadran.


horloge électrique de mars 1815

Un peu plus tard, en 1815 toujours, Karl Streitig de Vérone présenta également une horloge électro-statique munie d'une indication d'heures et de minutes, fonctionnant aussi sur le principe des colonnes de Zamboni.

Ces recherches furent poursuivies à Munich par le Prof. Carl August von Steinheil, qui décrivit dès 1839 le principe de l'horloge électrique commandant plusieurs cadrans, en d'autres termes les horloges secondaires.

D'autres essais furent entrepris presque simultanément par des inventeurs en Angleterre, en France, en Italie et en Allemagne, qui tous utilisaient le courant électrique pour faire fonctionner une horloge.

France

:

Paul Garnier et Breguet

Allemagne

:

Prof.Steinheil et  Matthias Hipp

Angleterre

:

Wheatstone et Alexander Bain

La littérature anglaise attribue la paternité de cette invention à Alexander Bain, qui fut le premier à obtenir un brevet pour une horloge électrique le 10.10.1840.

Il ne réussit malheureusement jamais à en faire une production industrielle, si bien que très peu de ses pièces sont parvenues à nous. Elles sont aujourd'hui des objets de collection très recherchés.

En Allemagne et en Suisse, c'est surtout Mathias Hipp (1815-1893) qui s'est profilé dans la fabrication d'horloges électriques. Le fameux contact de Hipp a été utilisé jusqu'à nos jours dans de nombreuses horloges de précision.

horloge murale de Alexander Bain

horloge de table von Matthias Hipp

 

L'industrialisation vit croître le besoin d'horloges de précision permettant d'indiquer la même heure à plusieurs endroits.

Matthias Hipp résolut ce problème en installant dès 1876 un réseau comprenant 745 horloges secondaires réparties en 41 lignes.

C'est ainsi que se développa la possibilité de commander de façon sûre de nombreuses horloges secondaires avec une seule horloge-mère.

La demande de l'industrie et surtout des chemins de fer eu pour conséquence la création de nombreuses entreprises spécialisées dans la fabrication d'horloges électriques:

France

:

Brillié, Ato, Bulle-Clock

Allemagne

:

Siemens, Carl Theodor Wagner, puis plus tard TuN

Suisse

:

Favag , Zenith, Magneta

Angleterre

:

Synchronome, Gent's of Leicester

De nos jours cependant, les anciennes installations comprenant des horloges-mères à balancier ne jouent plus de rôle, leur entretien demandait des soins intensifs.

Les réseaux horaires sont maintenant commandés par des horloges électroniques radio-pilotées par l'émetteur DCF 77 de Mainflingen près de Francfort, qui distribue l'heure atomique mesurée, entre autres, par le "Physikalisch Technischer Bundesanstalt" (PTB) de Braunschweig.

Ce très court résumé de l'histoire des réseaux d'horloges électriques ne peut évidemment donner au lecteur qu'un aperçu des multiples possibilités de l'horlogerie électrique, car donner une image complète de ce domaine déborderait largement le cadre de cette modeste page.